Actualité locale

Les pièges à éviter lorsqu'on vend son logement

Publié le 05 Novembre 2018

Partager :
Les pièges à éviter lorsqu'on vend son logement

Les pièges à éviter lorsqu'on vend son logement

 

Devant les sommes engagées, la vente d'un logement devrait toujours s'effectuer dans un cadre parfaitement maitrisé. Soucieux de la réussite de votre projet immobilier, nous vous détaillons les principaux pièges à éviter.

  • Se débrouiller seul

Pour rentabiliser la vente de son bien, grande est la tentation de se débrouiller seul et de se passer de l'expertise d'un agent immobilier. Nous ne saurions que trop vous le déconseiller. Toute transaction immobilière implique en effet un savoir-faire spécifique, que vous ne maitriserez jamais parfaitement, malgré votre volonté. Effectuer les démarches individuellement vous permettrait d'économiser les honoraires de l'agent. Les risques sont cependant bien trop importants : difficulté de trouver un acquéreur fiable, mauvaise connaissance du marché local, non-respect du cadre légal. Le jeu n'en vaut définitivement pas la chandelle.

  • Surestimer le montant de votre bien

Beaucoup de particuliers surestiment la valeur de leur logement. Un prix de vente non adapté à la réalité du marché diminue grandement les chances de transaction. Et si votre bien reste trop longtemps sur le marché, vous courez le risque de la dépréciation. Mieux vaut donc faire estimer son bien par un professionnel de l'immobilier. Si vous n'avez reçu aucun appel plusieurs semaines après la parution de l'annonce, le prix du logement est probablement surévalué de 20 % environ. Si vous recevez des appels, mais aucune proposition, le montant est surestimé de 15 %. Si des visites ont lieu, mai qu'aucune offre n'est émise, le bien est 5 % au-dessus du prix du marché.

  • Mentir

Faire preuve d'une parfaite transparence est essentiel à la réussite de votre vente. Dès l'annonce, il s'agira donc d'évoquer les caractéristiques exactes du logement, sans faire fi de ses éventuels défauts, ou ce que vous percevez comme tel. Dans toute transaction immobilière, la prise de contact est fondamentale. Si l'acheteur potentiel s'attend à visiter une maison disposant d'une salle de bain équipée d'une double vasque, il ne pourra qu'être déçu en constatant que ce n'est pas le cas. N'essayez en outre pas de maquiller certains défauts structurels de votre logement. D'une part, ce n'est pas honnête. D'autre part, la découverte de vices cachés pourrait se retourner contre vous après la vente.

  • Mal choisir le moment

On ne vend pas son logement à n'importe quel moment de l'année. Le marché immobilier est en effet caractérisé par une forte saisonnalité. Pour optimiser les chances de vente, il est donc important de publier l'annonce au moment opportun. La plupart des transactions immobilières sont finalisées pendant le deuxième et le troisième trimestre de l'année, avec un pic d'activités au printemps. La raison est simple : la majorité des familles souhaitent s'installer avant la fin des vacances d'été, de façon à bien préparer la rentrée de leurs enfants. Les logements avec piscine trouvent quant à eux preneurs un peu plus tôt dans l'année, les acquéreurs souhaitant profiter de l'installation en juillet et en août.

  • Confier la vente à plusieurs agences

Nous avons déjà évoqué qu'il était capital de confier la vente de son logement à un professionnel de l'immobilier. Ne commettez cependant pas l'erreur de faire appel à plusieurs agences. Le public visé sera certes plus large, mais vous risquez cependant d'effrayer les acheteurs potentiels, qui se demanderont nécessairement si le bien n'a pas du mal à se vendre. De plus, les agents immobiliers en concurrence risquent bien de ne pas mettre en valeur comme il le faudrait votre logement.

Partager :